Ученица 9 А класса нашей гимназии Михеева Анастасия совместно со своим преподавателем, учителем французского языка Бабкиной Людмилой Геннадьевной, принимают участие в международном конкурсе эссе «Unité en Diversité» («Единство в многообразии»)


Ученица 9 А класса нашей гимназии Михеева Анастасия совместно со своим преподавателем, учителем французского языка Бабкиной Людмилой Геннадьевной, принимают участие в международном конкурсе эссе «Unité en Diversité» («Единство в многообразии»).

Организаторы конкурса: образовательная компания «РЕЛОД» и Всероссийская государственная библиотека иностранной литературы имени М.И. Рудомино.

Цель конкурса – стимулировать интерес учащихся к культуре франкоговорящих стран. Участие в Конкурсе дает школьникам возможность развить творческий потенциал и повысить социокультурный уровень, сформировать навык работать со справочной литературой и первоисточниками.

Тема эссе этого года:

«Отражение эпохи в творчестве Льва Толстого и Оноре де Бальзака»

«Le reflet de l’époque dans les œuvres de Léon Tolstoï et d’Honoré de Balzac»

Муниципальное бюджетное образовательное учреждение

«Центр образования — гимназия № 11» г. Тула

 

Индивидуальный конкурс эссе

на французском языке «Единство в различии»

Essai   individuel  «Unité en Diversité»

 

«Отражение эпохи в творчестве Льва Толстого и Оноре де Бальзака»

«Le reflet de l’époque dans les œuvres de Léon Tolstoï et d’Honoré de Balzac»

Участник:    Михеева Анастасия Денисовна

ученица 9 класса

Ecrit par:    MIKÉEVA Anastasia

élève de 9e

Преподаватель:   БАБКИНА Людмила Геннадьевна

Enseignante:   BABKINA  Liudmila

Консультант:   БЕЛЯЕВА Елена, РГГУ   г. Москва

Consultante:   BELYAEVA Elena, РГГУ   Moscou

Consultant:  François Bouchet, Lycée Jules-Ferry, Paris

 

Les thèses

  • La lague est un outil universel qui reflète la culture et la société.
  • La génie de Léon Tolstoï. Son épopée «Guerre et Paix».
  • L’histoire des mœurs, la méthode balzacienne.
  • Les facettes de la diversité
  • Conclusion.

 

La Russie et la France, les destins croisés, l’influence mutuelle, milles facettes de l’unité. Deux pays ont offert au monde deux génies de la littérature mondiale: Léon Tolstoï et Honoré de Balzac.

Ils ont vécu et créé à la même époque, celle du XIXe sièle. C’est un siècle complexe qui est plein de mouvements littéraires. En France, c’est l’époque d’Honoré de Balzac, de Victor Hugo, de Gustave Flaubert, d’ Emile Zola, de Stendhal, de George Sand. En Russie c’est celle de Léon Tolstoï, d’Alexandre Pouchkine, de Fiodor Tiouttchev, de Fiodor Dostoïevsky, d’Ivan Tourgueniev. Le fait le plus étonnant que toute l’élite de la société russe parlait en français impécable. Une sorte de la globalisation, n’est-ce pas? A cette époque-là, par exemple, Flaubert et Tourgueniev ont organisé une sorte de « compétion intellectuelle»: « Laquelle de deux langues est la meilleure?» Ou encore Fiodor Tiouttchev parti à 18 ans de Russie à son service diplomatique en Allemagne n’a jamais eu l’occasion de parler la langue natale. Pourtant, ses vers d’une beauté extraordinaire reflètent si bien l’âme russe.

C’est dans ce contexte que Léon Tolstoï qui lisait et parlait couramment le français commence son grand roman «Guerre et Paix» par les pages écrites en français. Cela prouve que cette langue règne dans les salons de la haute société russe de cette époque-là. En plus, ces salons faisaient partie integrale de la vie. Puis, c’était l’époque où il fallait briller par son esprit, par les mots, par érudition et pas par selfies. Donc, sans aucun doute, la langue est un vrai instrument qui réunit et qui reflète la vie d’une période concrète.

De ce fait, les historiens peuvent étudier l’époque en analysant les œuvres des grands écrivains réalistes tels que L. Tolstoï et H. de Balzac. Evidemment, il  y a des méthodes qui les rapprochent. Par exemple, de longues phrases, les descriptions détaillées, des personnages, des événements. Vraiment, la vie russe dans la grande épopée « Guerre et Paix» (1600 pages) est décrite d’une façon complète et renferme plusieurs épisodes historiques: la campagne avec Austerlitz (tome I, 2ième partie) et celle de 1812-1813 (tome, 2e et 3e parties) avec Borodino et l’incendie de Moscou. La grande idée de Tolstoï c’est que ce n’est ni le génie des princes ni celui des généraux (Koutouzov), ni la tactique des états-majors qui doivent être considérés comme des facteurs décisifs dans  les événements de l’histoire russe. En revanche, c’est l’esprit du peuple, c’est la force de volonté des âmes pures. Parallèlement Léon Tolstoï décrit le quotidien de deux familles appartenant à la noblesse russe: les Bolkonsky et les Rostov. En définitive, par la chronique du quotidien de ces menages on apprend les valeurs morales de cette éopque-là. Selon Zola Tolstoï est «analyste puissant, de profond psychologue». Flaubert avoue avoir poussé «des cris d’admiration en lisant les deux premiers volumes de «Guerre et Paix».

Léon Tolstoï est un lecteur de Balzac. Celui-ci comme le grand écrivain russe a ses méthodes à lui. Des descriptions interminables, des phrases élaborées sont propres au style balzacien. Il sait voir, fixer dans sa mémoire et reproduire dans son oeuvre les sites, les objets et les hommes. Ce qu’il y a d’exceptionnel chez Balzac c’est le pouvoir de porter dans sa tête l’univers de la «Comédie Humaine», «une société toute entière», «les deux ou trois milles figures d’une époque». «La Comédie Humaine» offre un tableau à peu près complet de la société française sous la Restauration et sous la Monarchie de Juillet. Balzac est incomparable pour caractériser des personnages dans le milieu où ils vivent. La description d’intérieur, les habitudes morales des personnages ont façonné l’aspect des lieux: pour connaître l’avarice du Père Grandet, par exemple, on peut visiter sa maison. («Eugénie Grandet»), la pension Vauquer, au premier chapite du «Père Goriot», nous révèle par l’odeur de l’escalier et par la couleur des rideaux, tout cela montre le drame caché du personage. Comme exemple la citation du père Goriot. «L’argent c’est la vie. Monnaie fait tout.»

Honoré de Balzac distingue très bien les mondes sociaux: monde élégant, bourgeoisie d’affaire, petit commerce, peuple de Paris, aristocratie, bourgeoisie provinciale, journalistes, paysans, fonctionnaires, employés, toutes les professions.  «Le Curé de Tours», «César Briotteau», le milieu de la «Vieille Fille», la seconde partie de la «Peau de Chagrin», l’arrivée à Paris de Lucien de Rubempré dans «Illusions perdues» etc. sont des scènes de mœurs locales et professionnelles. Balzac est le peintre d’une partie de la societé française: il a représenté la bourgeoisie qu’il détestait, la bourgeoisie parisienne et provenciale, labourieuse, intrigante, égoïste, qui voulait de l’argent et du pouvoir. De nombreux exemples qui nous aident à comprendre que cet écrivain peut être considéré comme réaliste. L’ascension sociale, le pouvoir de l’argent qui est plus fort que tout – voilà des idées clées du «Pére Goriot». Comme preuve je peux citer quelques lignes. Madame de Rastignac: «Et bien! Monsieur de Rastignac, traitez ce monde comme il mérite de l’être. Vous voulez parvenir, je vous aiderai. Vous sonderez combien est profonde la corruption féminine, vous toiserez la largeur de la misérable vanité des hommes… Maintenant je sais tout. Plus froidement vous calculerez, plus avant vous irez. Frappez sans pitié, vous serez craint. N’acceptez les hommes et les femmes que comme les chevaux de poste que vous laisserez crever à chaque relais, vous arriverez ainsi au faîte de vos désirs.» (première partie du roman). Un «fameux gaillard» de 40 ans Vautrin résume: «L’honnêteté ne sert à rien». Eugène de Rastignac: « Les belles âmes ne peuvent pas rester longtemps en ce monde. Comment les grands sentiments s’allieraient-ils, en effet, à une société mesquine, petite, superficielle?» La citation est sans commentaires à mon avis.

Pour conclure, il faut dire que ces deux grands écrivains comme Léon Tolstoï et Honoré de Balzac présentaient surtout leur milieu Cependant, Tolstoï se consentrait sur la noblesse ou bien sur la vie des paysans pour poursuivre son projet éducatif à Iasnaïa Poliana, alors que Balzac préférait la bourgeoisie. Et logiquement, la bourgeoisie s’intéresse à l’argent plus que la noblesse, d’où l’intérêt particulier que Balzac portait à ce sujet. L’argent engendre tous les crimes: le plus symbolique est l’abandon d’un père par ses deux filles dans «Le Père Goriot».

Léon Tolstoï pense à la destinée de l’humanité. L’âme, les questions globales sont au centre de ses intérêts. «Chacun rêve de changer l’humanité, mais personne ne pense à se changer lui-même». («Guerre et Paix»). Tandis que Honoré de Balzac, si je ne me trompe pas, est centré surtout sur le destin d’une personne concrète. Selon lui, «chaque être possède un capital d’energie que la société tente décanaliser…» L’écrivain réplique à George Sand : «Vous cherchez l’homme tel qu’il devrait être; moi, je le prends tel qu’il est…»

Si on analyse le destin féminin, l’exemple d’Anna Karénine est le meilleur. Tolstoï introduit le lecteur dans la haute sosiété où Anna est mariée sans amour, elle tombe amoureuse du brillant mais superficiel Vronsky. Le roman se déroule autour de cette intrigue, en nous présentant les différentes phases de cette passions. Finalement, Anna souffre, se sent fautive envers son mari, son enfant, son amant, envers la société. Elle ne trouve pas d’issue et finit par se suicider. Tandis que les femmes mariées françaises (si on analyse comme exemple les œuvres littéraires) prennent leurs fautes beaucoup plus à la légère.

Pour finir, je voudrais souligner qu’ à mon avis le thème de l’essai n’est pas occasionnel. Le 20 mai 2019 on va célébrer le 220e anniversaire de la naissance d’Honoré de Balzac et le 9 septembre 2018 le monde littéraire a fêté 190 ans de la naissance de Léon Tolstoï. L’époque du 19e siècle a donné  vie à tant de génies. Nous sommes tous différents, mais cette diversité nous enrichit, complète notre vision du monde. Notre 21e siècle attend ses héros qui vont pousser  l’humanité au dévéloppement constructif.

 

 

Bibliographie

  1. Balzac, le Père Goriot (Folio Gallimard)
  2. Lagarde et Michard: 19e siècle: Les Grands Auteurs français du programme-Anthologie et Histoire littéraire, Bordas Edition
  3. Profit d’une æuvre: Le Père Goriot, Balzac: analyse critique, Hatier Edition
  4. Tolstoï – Anna Karénine (ebooksgratuits.com), Tome 1, p. 15-18
  5. https://www.bibliofond.ru
  6. http://salon-litteraire.linternaute.com
  7. http://www.poesie-damour.net

 

 


Оставить комментарий